Après l’éclatante réussite du spectacle « Une Antigone de Papier » la saison dernière, Les Anges au Plafond reviennent à Bischwiller et plongent dans la correspondance de Camille Claudel, cette sculptrice de génie. Des missives libertaires et provocatrices de sa jeunesse parisienne aux courriers non expédiés de la maison de santé, se dessine un portrait en creux, fait aussi de silence et de non-dit. Il faut savoir lire entre les lignes, déchiffrer les billets d’humeur aux marchands d’art, décoder les lettres d’amour ou de menace pour tenter de comprendre le moment où la raison vacille et où l’histoire bascule dans ce « désastre fin de siècle »…

AVEC : Camille Trouvé (jeu, manipulation et écriture), Brice Berthoud (écriture-scènographie et mise en page-assisté de Jonas Coutancier) et Fanny Lasfargues (musique)

Partager